Cookie information
Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous acceptez notre utilisation des cookies.

La distillation par entraînement à la vapeur d'eau:

Une technique d'extraction pour obtenir de merveilleuses quintessences aromatiques


La distillation par entraînement à la vapeur d'eau est une invention due à Avicenne au XIe siècle


BD%20rose%20damas%2018.jpgdistillation-huile-essentielle-corse.jpgBD rose damas 23.jpg

Le principe de la distillation à la vapeur d’eau est de faire traverser un alambic, appelé aussi vase à fleurs, rempli de plantes aromatiques biologiques ou sauvages par de la vapeur d'eau produite dans une chaudière indépendante. La vapeur entraîne les composés aromatiques volatils présents dans la plante. On dit qu'elle extrait l'essence de la plante.

Cette vapeur d’eau enrichie de composés aromatiques passe ensuite dans un condenseur, système de refroidissement par serpentin d'eau froide, et revient à l’état liquide par condensation. Le liquide qui coule dans l'essencier, également appelé vase florentin, est un mélange d’eau et d’essence de la plante dont la composition a légèrement varié au cours de l’opération.

La Corse est une île dotée d'une flore très riche et très variée. Sur les 800 genres botaniques enregistrés seulement quelques dizaines contiennent des plantes aromatiques, dont les arômes sont extractibles à la distillation à la vapeur d'eau. Dans son milieu naturel, la plante pourra développer sa déclinaison la plus belle et la plus complète. Selon la région et la période végétative, le végétal pourra offrir une huile essentielle totalement différente.

La cueillette sauvage est une activité réglementée en Corse. Nous avons pu participer à la réalisation de la "Charte de cueillette des plantes aromatiques et médicinales de Corse", qui implique une cueillette respectueuse de l'environnement et durable pour les générations futures.

L'extraction est différente selon chaque plante et nécessite un véritable savoir botanique. L'eau distillée est récupérée à un moment précis de la distillation et pour une durée parfaitement adaptée à la plante.

Dans le vase de décantation apparaissent clairement deux substances différentes. L’huile essentielle, de densité inférieure à celle de l'eau, monte en surface et peut être récupérée par débordement. Sous l'huile essentielle est récupérée l’eau florale ou hydrolat, ou eau aromatique, contenant des composés aromatiques initialement présents dans l’essence.

distillerie pin 18.jpgdistillerie%20pin%2012.jpgdistillerie%20pin%2033.jpg

Quelques vertus des huiles essentielles ...

Les huiles essentielles sont fortement antiseptiques, antivirales et anti-infectieuses, ce sont des antibiotiques naturels. Déjà utilisées dans des cultures très anciennes, elles ont prouvé au fil du temps leur efficacité (premier alambic datant de 5000ans av JC retrouvé en Asie, les Égyptiens également utilisaient les huiles essentielles 4000 ans av JC pour embaumer leurs morts et pour soigner divers symptômes).
A côté de leurs propriétés antiseptiques, elles sont souvent utilisées pour leurs propriétés calmantes, cicatrisantes, digestives, anti-douleur, régulatrices hormonales, immunitaires. Elles favorisent le déstockage des graisses et à la régénération cellulaire... Elles sont toutes uniques, complexes et aux propriétés thérapeutiques multiples...

Comment vérifier la qualité d'une huile essentielle ?

La qualité d'une huile essentielle dépend du matériau de l'alambic (de préférence en inox), du choix de la matière végétale, du travail à basse pression et de la durée de la distillation. Il ne faut pas être trop impatient, et récupérer jusqu'a la dernière goutte d'huile essentielle qui sera riche en molécules plus lourdes, moins volatiles (fraction de queue) contrainement aux molécules aromatiques très volatiles récupérées en début d'extraction (fraction de tête).

Cette huile sera alors appelée 100% intégrale. Une belle huile essentielle de qualité doit être 100% naturelle : cela signifie qu'elle n'a pas été dénaturée par des molécules de synthèse chimique, et 100% pure : cela signifie sans ajout d'une autre huile essentielle par exemple, qui aurait des caractéristiques proches.

Pour contrôler la qualité de nos huiles essentielles, chaque lot est analysé dans un laboratoire extèrieur. Cette analyse par chromatographie en phase gazeuse définit la composition biochimique de l'huile essentielle, indispensable dès que l'on travaille dans le domaine de l'aromathérapie. En effet, cette analyse permet d'identifier l'ensemble des molécules cliniquement étudiées, dont on connait l'efficacité sur un large panel de pathologies. Une huile chémotypée apporte une sécurité quant à la qualité et la traçabilité de l'huile essentielle.

Une analyse supplémentaire par spectomètre de masse quantifiera les différentes molécules identifiées lors de la chromatographie en phase gazeuse, pour donner une composition précise et chiffrée.

Au travers de ces analyses, les allèrgenes pourront être identifiés et quantifiés. D'autres analyses complémentaires pourront être effectuées pour vérifier la présence de certains résidus d'engrais ou pesticides.

Bien évidement le contrôle le plus simple est celui de l'olfaction. Sentez votre huile essentielle et entrainez-vous à identifier les huiles essentielles 100% pures et intégrales.

Comment conserver une huile essentielle


Une huile essentielle bien conservée, c'est-à-dire à l'abri de la lumière, de la chaleur et de l'air, dans un flacon bien fermé, se conserve très longtemps et va même jusqu'à se bonifier tel un bon vin. Cette règle n'est malheureusement pas valable pour les essences d'agrumes et les huiles essentielles de conifères qui sont fragiles et s'oxydent facilement. Elles sont à conserver au réfrigérateur environs 18 mois.